Commentaires sur L'art de la robotique au Kinetica-museum

    Très intéressant ces nouvelles formes d'art, qui il me semble sont apparues dans les années '70 avec Tinguely comme précurseur et plus tard dans les annnées '80 avec Rebecca Horn.

    Posté par Rose, 06 décembre 2008 à 05:02 | | Répondre
  • @Rose : en effet, tu as entierement raison en citant Tinguely et Horn. Cependant, (pas dans ce cas precis) j'ai tout de meme le sentiment, que la nouvelles generation d"artistes tentent d'apprivoiser leurs oeuvres, notament en utilisant des capteurs...Une maniere de creer une interraction entre le spectateur, l'oeuvre et l'espace (?).

    Posté par la patronne, 06 décembre 2008 à 11:17 | | Répondre
  • Art Psychocinétique

    Dans les années 70, j'avais commencé à inventer un concept que j'avais baptisé "Art Psychocinétique"

    La définition était : "un objet d'art psychocinétique se modifie en fonction de la personne qui le regarde". 

    Ce n'est pas de l'interactivité, car la personne qui regarde l'œuvre n'a aucune action à faire. 
    C'est l'objet d'art lui-même qui analyse l'individu qui l'observe. 
    Il se modifie en fonction du résultat de l'analyse et, bien sûr, en fonction de ce que l'artiste a voulu exprimer.

    Dans ce but, l'œuvre d'art est munie de capteurs plus ou moins sophistiqués qui vont lui permettre de connaitre le spectateur.
    La captation visuelle à l'aide de caméras, et sonore à l'aide de micros, peut déjà donner de nombreux élément pour appréhender la personnalité de la personne qui regarde l'œuvre.
    Mais ces capteurs et les algorithmes qui les utilisent peuvent être beaucoup plus complexes et utiliser technologies les plus modernes.

    J'avais imaginé un d'objet d'art psychocinétique : le "Respire", une œuvre psychocinétique de grande taille. 
    C'est un bassin circulaire sur lequel est mollement tendu une membrane de caoutchouc rose. 
    Les visiteurs s'approchent du bassin, et les capteurs qui se trouvent tout autour analysent en permanence la respiration de chacun. 
    La partie de la membrane qui se trouve près du visiteur respire alors au même rythme, en montant et en descendant de façon synchrone avec ses poumons, tout en produisant le son d'un souffle.

    Je ne suis jamais allé au bout de mon idée, mais j'aimais bien ce terme : Art Psychocinétique.

    Posté par Iconic Popup, 12 janvier 2009 à 00:08 | | Répondre
  • Bonjour,

    @Iconic Popup : pourquoi le projet a t-il avorté?

    Posté par la patronne, 14 janvier 2009 à 14:22 | | Répondre
Nouveau commentaire